ACTUALITÉS

Les nouveaux projets du Maroc pour intégrer la cour des grands

Grande mue en préparation dans la filière des plantes aromatiques et médicinales. Après les projets de Stratégie de promotion des investissements privés et d’élaboration d’un référentiel national dédié portés par l'Agriculture, le cluster spécialisé Menara a lancé, en partenariat avec ce département et celui de l'Industrie, le premier écosystème régional de valorisation à Marrakech. Le Royaume entend ainsi capter le potentiel offert sur le marché mondial estimé à plus de 65 milliards de dollars. À la clé : des projets collaboratifs, un appui sur mesure aux investissements industriels et le renforcement de la R&D et l’innovation.

Le Maroc a pratiquement tous les atouts pour intégrer le club fermé des grands exportateurs mondiaux de plantes aromatiques et médicinales hautement valorisées (PAM). La valorisation demeure le talon d’Achille de la filière. Professionnels et institutionnels sont aujourd’hui déterminés à exploiter le potentiel en or qu'offre l’export. Le Cluster Menara, spécialisé dans les industries agroalimentaires et cosmétiques de luxe, et les départements de l’Industrie et de l’Agriculture ont lancé le 25 janvier à Marrakech le premier écosystème régional spécialisé dans la valorisation des PAM baptisé «Marrakech, Health & Beauty Valley». Son objectif, développer une industrie des produits à base de plantes aromatiques et médicinales à forte valeur ajoutée dans la région de Marrakech-Safi. Avec cet écosystème, la région ambitionne de capter le fort potentiel de ce secteur à l’export. Selon le cluster Menara, la demande mondiale des produits dérivés des PAM est estimée aujourd’hui à quelque 65 milliards de dollars. Le marché mondial connait un essor jugé «important» porté par les médicaments, les produits alimentaires (les tisanes et les épices) et le cosmétique vert. Le secteur compte également 4 autres débouchés commerciaux, à savoir les compléments alimentaires, les huiles essentielles, les arômes et fragrances et les biopesticides. Concrètement, l’écosystème permettra de stimuler le développement de la filière en capitalisant sur les ressources de la région et la dynamique enclenchée. Neuf filières sont concernées : Conditionnement vrac, Épice, tisane, complément alimentaire ; Extraction naturelle simple (huiles essentielles) ; Cosmétique vert ; Extraction naturelle complexe ; Formulation complexe (aromathérapie, phytothérapie et biopesticides) ; Gomme de caroube ; Poudre de caroube (vrac et packagée) et Emballage et imprimerie.

Un contrat est en cours de formalisation entre les différentes parties prenantes pour la consignation des objectifs à atteindre à l’horizon 2024.  L’écosystème a été développé autour de 6 grands principes, dont la mobilisation de toutes les parties prenantes avec un rôle clé de la région et une coordination par le cluster Menara et la sécurisation de l’approvisionnement en matières premières (en qualité et volume), pour développer la filière industrielle. Il s’agit, par ailleurs, de stimuler fortement les investissements industriels nationaux et internationaux pour atteindre des taux de transformation minimum de 50%. Sans oublier la R&D et l’innovation à travers le développement de projets collaboratifs et d’un tissu important de startups. Un plan d’action est en cours de formalisation par les partenaires et comprendra une série de mesures dont l’appui à la production de plantes spontanées et cultivées et le soutien au développement de champions régionaux et l’attraction d’investisseurs nationaux et internationaux.  Le Maroc regorge d’un potentiel indéniable en PAM. Le pays compte plus de 4.200 espèces recensées dont seulement 300 sont exploitées. Le pays assure une production estimée à 141.000 tonnes dominée par les plantes spontanées. La valorisation des PAM, qui génère un chiffre d’affaires global à l’export de 2,2 milliards de dirhams, est majoritairement constituée de produits en vrac. Le Royaume est ainsi bien positionné sur le vrac puisqu’il en est le septième exportateur mondial. La région de Marrakech-Safi exporte l’équivalent de 21.000 tonnes de PAM sous forme de vrac ou produits transformés, notamment à base de romarin, caroube, argan et thym. Elle est ainsi la deuxième région exportatrice du Royaume. La filière génère pour la région un chiffre d’affaires global de produits issus des PAM estimé à 65,07 millions de dirhams autour de 40 à 50 acteurs.  Rappelons que le département de l’Agriculture a mandaté dernièrement le cabinet ED Trust pour l’élaboration de toute une stratégie de promotion des investissements privés dans les filières de l’arganier et des PAM. La feuille de route en préparation devra permettre d’accélérer le développement de ces deux filières. Autre chantier : la préparation d’un référentiel national des PAM. Ce dernier permettra d’identifier, cartographier et caractériser les PAM nationales pour les différentes utilisations. Il constituera ainsi une référence scientifique détaillée des PAM et leur cartographie par région. Il représentera également un outil d’aide à la décision en termes d’apports économiques de chaque plante médicinale et aromatique et aussi un dispositif pour l’orientation de la recherche scientifique dans le secteur. 

Source : lematin.ma